EXPO VISION

Projet socioculturel 2nde professionnelles AE & CEC 2019/2020 – 1ère professionnelle CGEA 2020/2021 du lycée agricole La Germinière (72)

Vendredi 16 Octobre 2020, la classe de 1ère pro CGEA a pu mettre en œuvre l’aboutissement du projet commencé en 2nde: l’expo photo Vision.

PERSPECTIVE : DONNER A VOIR SA VISION DU MONDE

Donner à voir une vision du monde, c’est au préalable nous mettre à distance de notre rapport à ce dernier en vue de le conscientiser et de le questionner. Ce monde nous parle à la fois de notre place dans un environnement à échelles multiples, à l’espace et au temps, de notre relation aux autres mais aussi à soi.

L’art est une sublimation et une revendication de cette expression de ce rapport au monde. C’est donc un medium idéal pour tenter de comprendre ce que nous sommes et ce qui nous entoure. La démarche artistique n’est en somme qu’un condensé de vie fait d’un mélange de hasard et de choix.En photographie justement, cette question de choix est primordiale et présente à chaque moment du processus de création. On choisit tout d’abord en cadrant une portion de la réalité. En cela, la photographie permet de questionner le réel et d’aborder la question de la subjectivité de toute image/vision qui n’est qu’une représentation du monde ne pouvant prendre en charge tous les aspects du réel. Mais, cette question du choix ne s’applique pas seulement lors de la prise de vue. Tout le processus photographique est empreint de cet acte : on choisit des tirages parmi des séries de photos, on choisit ensuite un espace pour donner à voir notre vision, dans cet espace on décide d’un dispositif, d’une installation, d’une exposition.

RETROSPECTIVE, DU GESTE ARTISTIQUE A L’ACTE MEDIATIQUE

Amorcé en 2019/20, dans le cadre du projet socioculturel, ce projet, qui réunissait les classes de 2nde pro AE et CEC, a eu pour premier objectif la découverte de la photographie d’art. Une première immersion a eu lieu lors de la visite d’une exposition à l’Abbaye de l’Epau en septembre 2019 afin de découvrir l’univers artistique de nombreux photographes émergents ou de renommée internationale autour du thème de la place de l’homme dans l’environnement. Les élèves ont pu découvrir aussi différentes installations d’exposition à travers un parcours commenté par les médiatrices culturelles. La visite s’est terminée par un atelier de création donnant l’occasion de se questionner sur l’acte photographique, ses codes, son langage.

Cette première approche a permis ensuite d’aborder en classe les différents critères permettant de définir les enjeux et les objectifs de la photographie en général et de la photographie d’art en particulier. La deuxième période du projet a été consacrée à l’acquisition de notions techniques et pratiques autour de la lecture et de l’analyse d’images. En outre, cette période a permis de poursuivre l’acquisition d’une culture photographique.

A partir de Janvier 2020 a commencé la mise en place du projet. Les élèves ont été amenés à se mettre en scène dans des lieux choisis pour leur force évocatrice en lien avec un sentiment. Comment s’exprimer avec l’outil photographique? Comment utiliser ce médium pour traduire en image ce ressenti ?

Des lieux ont été répertoriés tant au lycée que sur la commune… Des lieux de passage, des espaces publics, de vie et de partage, mais aussi des lieux de travail ou encore de nature. Au-delà du sentiment vécu, il s’est rapidement posé la question de ce que représentaient ces lieux, de ce qui pouvait in fine expliquer un ressenti. Des questions ont émergé qui venaient aussi interroger la place de l’humain, de ses loisirs, de ses actions, de sa cohabitation avec les autres.

Une fois le message trouvé, il a fallu expérimenter des mises en scènes et des cadrages lors des prises de vue, autant de choix langagiers propices à ne pas laisser d’ambiguïté ou alors à en créer afin de questionner le regard du futur spectateur. Pour cela, les élèves ont eu la chance de travailler sous la houlette du photographe Pascal Drouard.

Lors des séances de prises de vue in situ avec ce dernier, il a alors fallu adapter ses idées avec la réalité du terrain et la contrainte du temps imparti, faire appel à son sens de l’initiative, à la communication efficace en groupe, etc. . Ensuite a eu lieu l’editing et le choix du tirage à exposer. Un temps d’écriture a permis de joindre une matière textuelle en vue de l’élaboration des cartels accompagnant les œuvres.

Dès la rentrée, la classe de 1ère pro CGEA a eu la tâche d’organiser l’exposition des 12 œuvres créées durant l’année de 2nde. L’occasion de réfléchir et de s’essayer à la scénographie d’un espace, à son aménagement, à un accrochage, à l’accueil d’un public ; de s’exercer à la communication en créant une affiche, des articles, en assurant la promotion de l’exposition au sein du lycée comme auprès des médias. Et de comprendre qu’exposer sa vision du monde est autant un acte artistique que médiatique.

Cette ouverture ou inauguration d’exposition en comité restreint, protocole sanitaire oblige, a toutefois rencontré un certain succès tant auprès des classes, des élèves curieux, de quelques parents d’élèves et d’invités. L’exposition, visible jusqu’en décembre, sera amenée ensuite à partir en itinérance dans un premier temps à la mairie de Rouillon. Ce partenariat vise par ailleurs à tisser une collaboration durable avec la commune afin de pouvoir bénéficier d’une visibilité hors-les-murs et faire rayonner les projets socioculturels créés au lycée. D’autres lieux d’expositions sont en cours de recherche avec la possibilité d’exposer dans d’autres établissements ou plus ponctuellement dans le cadre d’événements.

Ce projet a été mené en lien avec le réseau art’ur

+ infos:

aurélie.le-heude@educagri.fr

enseignante-animatrice ESC

LEGTA LE MANS

https://epau.sarthe.fr/

http://pascaldrouard.com/fr/accueil.html

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *